Au milieu de la foule

Elle esquissa un mouvement de recul comme si elle voulait sortir du rang. Se déversant de tous les côtés, la foule l’oppressait. Elle se sentait minuscule au milieu de cette masse humaine immense qui l’écrasait tel un rouleau compresseur. Elle se surprit soudain à rêver d’une fracture qui pourrait scinder la foule en deux, stopper l’afflux et lui rendre sa dignité.

-De piètres intentions- Marise en avait l’habitude. Il arrivait desfois qu’elle se sente à part, quasiment inexistante par rapport à ce qui l’entourait. C’était toujours émouvant de la voir se mouvoir, ne sachant où aller, ne sachant à qui se confier. Au fond, elle était semblable à ces pigeons qui avaient fait de l’asphalte parisien leur lieu de passage. Elle ne faisait qu’effleurer le sol de ses pas non maîtrisés. Pourtant sur ses gardes, elle était à la merci du bitume qui l’engloutissait toute entière.

Les sirènes hurlantes de la voiture de police résonnèrent dans la nuit. Elle leva les yeux. Sans qu’elle ne puisse l’expliquer, son regard s’attarda sur le panneau lumineux. Un nom s’afficha en lettres blanches et scintillantes. Une minute s’écoula comme suspendue au vol puis elle comprit. Ce nom c’était le sien. Ce soir, elle était vouée à disparaître.