L’obstination des doigts

couverture_odileLe cochon se tenait là, coincé dans un univers hostile. L’animal se sentait opprimé sur ce mur qui commençait à s’ébrécher. Montrer ses dents, faire entendre sa voix discordante le confronterait à un mur d’obstination, il le savait.
Les moutons, dociles, passaient à coté de lui sans broncher. Ils passent à coté de l’essentiel, se mettent les doigts dans l’oeil, pensa-t-il.

Accepter était un remède pire que le mal. Pourtant, il se retint de ne pas les dévorer. Son action ne s’arrêterait pas là, sur ce mur des lamentations. Le monde entier verrait alors de quoi le cochon rose est capable.