Ode pour ce Roi qui n’est plus

Ode pour ce Roi qui n’est plus. (poème révolutionn(a)ire créé de toute pièce.)

Ce sot Roi n’est plus,

Il est mort diligemment.
Pleurs, cris et hurlements,
ont eu lieu et ont été bien entendu.

Oreilles collés sur le vent,

Il n’est plus de voix,
Qui témoignent de son immense poids,
Trône et couronnes ont eu leur temps.

Le Roi n’est plus foi,

Fini ses expériences,
Les prisons de son empire ne sont plus une sentence,
En même temps que lui, s’éteint ses impossibles lois.

Ce discours est une prise de conscience :

Louis XVI est bien mort,
Comme étouffer des propres torts,
Et teinter d’un soupçon d’imprudence.

Mort sur l’hôtel de notre Révolution,

Cet homme rogner de tête n’est plus que l’idole des bouffons.
Vive le Roi.